Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue !

Bienvenue dans mon cabinet de curiosités, interstice où vous pourrez parcourir de brèves chroniques de mes écoutes, lectures, déambulations et autres découvertes.
Du fond de l'abri, il vous sera possible de suivre mes bidouillages divers…
Enfin, ce blog est aussi un prolongement de mes cours à l'école des beaux-arts (les cités obscures) et à l'université.
Bonne lecture !

Recherche

Archives

10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 16:12
Ma meilleure amie, aujourd'hui disparue (en tout cas pour le moment), m'a fait découvrir, il y a quelques années, le premier album de And Also The Trees : une musique grave, sombre, lourde et mélancolique.
Longtemps j'ai écouté ce disque ainsi que les suivants. Depuis 1987 et "The Millpond Years" je n'avais rien entendu d'eux; je pensais même que le groupe avait disparu de la scène musicale.
Il y a peu j'ai découvert un excellent titre, "Rive droite", extrait de leur dernier album : "(Listen For) The Rag And Bone Man" (le genre de titre de disque qui tout de suite me séduit). Aussi je me suis empressé de me procurer le CD. Je l'ai reçu aujourd'hui et ne suis pas déçu par l'ouvrage.
Depuis vingt ans le chant et l'instrumentation ont gagné en fluidité, même si l'ambiance reste la même, c'est à dire à l'image de la pochette (elle-même proche du paysage bocageais dans lequel je suis immergé depuis cet été : certains diront qu'il y a sans doute une relation de cause à effet entre l'attention que je porte à ce disque et cette situation physique; d'autres encore diront que c'est la quarantaine qui produit ce genre de sentiment de mélancolie !).
Pour en revenir à "(Listen For) The Rag And Bone Man" : le disque est assez riche, il dégage une étrange ambiance, fidèle à ce que je connaissais déjà de And Also The Trees, qui résulte sans doute, aussi, de la qualité iconographique de l'ouvrage. Des compositions musicales émane un sentiment de mélancolie, entre évocation des paysages ruraux du Worcestershire et impression d'une désuétude typique de l'Angleterre Victorienne et fantastique qui hante les nouvelles d'Edgar Alan Poe.
Les chansons de Simon Huw Jones nous racontent des personnages insolites, des femmes disparues, des paysages illusionnistes aux pommiers romantiques et des ruines spectrales qui lient les cieux à une terre sombre, humide et musicale.

Ah ! j'allais oublier : dehors il vente et il pleut; en face de moi un feu crépite dans la grande cheminée XVIII ème siècle là où j'écris, et, bien entendu, un verre en cristal rempli de Porto blanc vintage, d'une teinte légèrement ambrée, scintillant sur le rythme de la flamme, m'accompagne.
Dans le reflet ambré de l'alcool apparait la silhouette de cette amie disparue : "Oh Mary I'll find you somewhere" ("Mary Of The Woods", piste 04 de l'album).

www.andalsothetrees.co.uk

Partager cet article

Repost 0

commentaires