Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue !

Bienvenue dans mon cabinet de curiosités, interstice où vous pourrez parcourir de brèves chroniques de mes écoutes, lectures, déambulations et autres découvertes.
Du fond de l'abri, il vous sera possible de suivre mes bidouillages divers…
Enfin, ce blog est aussi un prolongement de mes cours à l'école des beaux-arts (les cités obscures) et à l'université.
Bonne lecture !

Recherche

Archives

15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 19:34

photo rz02

"Meet the Residents"
(Une brève tentative d'éclairage sur le mythe des Residents et leur théorie de l'obscurité, proposée à l'occasion de leur Talking Light Show)

Depuis plus d'une trentaine d'années The Residents est une des références artistiques incontournables de la contre-culture et de la scène musicale indépendante aux Etats-Unis. L'anonymat en opposition à la culture rock des icônes, l'humour et une constante étrangeté placent ces musiciens à un endroit singulier dans le paysage sonore contemporain. The Residents re-visitent l'histoire de la musique à la sauce Dadaïste et expérimentent sans cesse les champs de la narration musicale en produisant des albums concepts remarquables. Ceux-ci peuvent prendre la forme d'une reconstitution paradoxale des chants Inuits (Eskimo, 1979), celle de l'histoire officieuse d'Elvis Presley (The King and I, 1989), ou encore l'exploration des sombres mondes souterrains que sont les quatre volets de The Mole Trilogy (de 1981 à 1985). Rien ne résiste à la moulinette sonore et au non-sens des mystérieux musiciens. Chaque projet est l'occasion d'inventions musicales, esthétiques et technologiques.
Plus d'une trentaine d'albums et d'innombrables autres disques, cassettes, vidéos, DVD, CD-Rom, MP3, comics, tracts et autres objets graphiques ponctuent leur carrière souterraine qui commence, officiellement, entre 1956 et 1980…
Leurs rares spectacles sont plus proches de la performance artistique, de la comédie musicale, ou des Freak Show du XIXè siècle, que du traditionnel concert pop/rock. Aussi, ces moments sont l'occasion de constater la réalité sensible de ce qui pourrait n'être qu'une farce éditoriale, de visiter physiquement ces "résidents dont on ne sait quelle rue", et d'écouter une musique et des voix sur lesquelles on ne pourra heureusement pas mettre de visages autres que des masques grotesques.
Grâce à leur redoutable "théorie de l'obscurité" empruntée à N. Senada et scientifiquement étayée par Matt Groening (The Simpson, Futurama, Radioactive Man, etc.), l'historien officiel du groupe, le brouillage de pistes est le maître-mot de leur activité. Le mystère perdure sur la composition du groupe et leur origine, mais c'est essentiellement là que réside le charme de cette remarquable et singulière œuvre.

 

Concert mardi 27 avril 2010, à 21:00

Le Cargö, Caen.

Partager cet article

Repost 0

commentaires